C’est le titre d’un article de Libération, paru en 2009 au sujet de la reprise collective du commerce, qui inspire le nom de la librairie de Poligny : la Fruitière des Livres. Plus de 240 000 meules de comté dorment dans les caves de la cité comtoise, capitale affirmée du célèbre fromage AOC au lait cru. Or ici, ce ne sont pas les meules qui sont affinées, mais les esprits, grâce au savoir-faire des libraires et à une abondance de livres et d’ouvrages en tous genres. A cela s’ajoute un mode de fonctionnement collaboratif qui n’est pas sans rappeler celui des coopératives agricoles jurassiennes.

Une Société par Action Simplifiée (SAS)

En 2009, au moment de la reprise collective de la Librairie Polinoise, a été choisi avec l’aide d’un juriste le statut de la SAS pour la gestion de l’entreprise. Car il s’agit bien ici d’une entreprise, et non d’une association, d’une SCOP ou d’une coopérative. Le projet parvient à aboutir grâce à l’implication de chacun et à l’accompagnement bienveillant de deux professionnels : Daniel Thouvenot, ancien gérant des Arcades à Lons-le-Saunier, et Philippe Thiéfaine, ancien gérant de La Passerelle à Dole.

Les textes de la SAS ont été rédigés dans cet esprit collaboratif qui fait la force de la librairie. Chaque associé dispose d’une voix, qu’il soit détenteur d’une part de la société, de plusieurs parts ou d’une fraction de l’une d’elles. Peu importe la somme investie au départ : la gouvernance est collective et partagée. Et tous les bénéfices sont réinvestis dans l’entreprise. Un Conseil de Surveillance composé de cinq membres supervise l’ensemble des décisions importantes tandis que Mathilde Vergon préside la société.

Une identité affirmée

L’ancrage local ainsi qu’un mode de gouvernance partagée et collective constituent l’identité de la Fruitière des Livres. Un engagement qui est rendu possible par l’implication de nombreuses personnes et par le soutien et la fidélité de nos clients.

Le Conseil de Surveillance

Actuellement, le Conseil de Surveillance est composé des membres suivants :

  • Claude Courvoisier, président
  • Alain Guyot
  • Paul Meunier
  • Laurence Perrier
  • Michel Charreyron

Ce conseil veille à ce que la librairie conserve l’équilibre et évolue de manière raisonnée. Ses membres supervisent les décisions importantes et rendent des comptes aux actionnaires. Ils agissent sur la base des compte-rendu d’activités trimestriels établis par la présidente de la société, Mathilde Vergon.

Leur activité est non rémunérée. Chaque membre du Conseil de Surveillance exerce par ailleurs une activité professionnelle et/ou endosse des responsabilités locales. Leur volonté : faire perdurer ce commerce de proximité, tisser du lien social et ancrer leur démarche dans le développement de la vie locale.

Et pour ceux d’entre vous qui seraient de passage dans la région, voici deux zooms pour mieux comprendre l’identité locale de la Fruitière des Livres :

Zoom :
les fruitières à comté

C’est dans le Jura, au 13e siècle, qu’apparaissent les premières fruitières. Leur fonctionnement repose sur la solidarité et la coopération. Sur une aire géographique déterminée, tous les producteurs adhérents livrent chaque jour leur lait à la fruitière où il est alors transformé grâce à des équipements acquis et gérés « en commun ».
 

Zoom :
les coopératives laitières

Les fruitières fonctionnent généralement sous la forme de la coopérative agricole. Chaque producteur bénéficie d’une voix, peu importe son nombre de parts. Toutes les décisions sont prises en commun. Ce modèle économique collaboratif permet notamment aux agriculteurs une meilleure valorisation de leur lait que celle qu’ils pourraient obtenir dans les circuits longs classiques.